Un premier Forum national sur les arts littéraires : et le numérique?

photoForum1Les 14 et 15 février dernier se tenait le premier Forum national sur les arts littéraires à Montréal. Né d’un besoin urgent de prendre le pouls des transformations intenses bouleversant le monde littéraire depuis environ une vingtaine d’années, le Conseil des arts du Canada a invité les principaux intervenants du milieu dans le but de dresser un portrait global de la situation, permettre aux gens de s’exprimer sur les enjeux leur tenant à coeur et, ultimement, esquisser une feuille de route pour l’avenir.

De Marque, en tant que chef de file international dans la distribution de livres numériques, a également assisté à l’événement aux côtés d’organisateurs de festivals, d’éditeurs, de créateurs multimédias, de conteurs, de distributeurs, de poètes, d’universitaires, de bibliothécaires, de directeurs de revues, de libraires… – en tout, plus de 240 acteurs du domaine provenant des différentes provinces canadiennes afin de partager notre vision de la littérature actuelle et ses principales tendances lors de discussions réparties sur deux jours.

photoForum3

Lors de ce Forum, il a été question, entre autres aspects importants, du numérique. Notre partenaire Gilles Herman, éditeur chez Septentrion, dans son Carnet Web, résume bien la situation avec sa formule, « l’éclatement de la bulle numérique ». En effet, si certains acteurs du monde du livre pouvaient considérer le numérique auparavant comme une menace et d’autres comme un nouvel Eldorado (deux extrêmes dans une même bulle perçue), il apparaît désormais évident que le livre numérique est dorénavant reconnu clairement pour ce qu’il est : une autre façon de rejoindre son lecteur! De fait, il s’opère présentement un retour de balancier dans le monde du livre quant au numérique, c’est-à-dire que celui-ci est perçu comme il se doit : le numérique est le partenaire du livre et de l’oeuvre.

photoForum2

Outre cette vision du numérique, De Marque soulignera également les 3 priorités exprimées suivantes : 1) le besoin d’aide criant du monde du livre anglophone canadien; 2) la nécessité d’une revalorisation des professionnels du livre (et de la culture en général); 3) la nécessité d’un meilleur partage d’intelligences d’affaires et de collaboration dans nos réseaux.

Nous retenons donc, pour ce premier Forum, et avec ses nombreux échanges, un désir de collaboration plus grand que jamais, pour travailler conjointement à améliorer constamment les conditions du milieu littéraire canadien en général pour tous ses intervenants – et où le numérique est dorénavant ni plus ni moins que ce qu’il a toujours été dès ses débuts, votre partenaire pour faire rayonner la culture.

Les commentaires sont fermés