Pour mieux comprendre les protections de livres numériques

Voici un bref portait des deux types de protection de livres numériques offerts par la plateforme Cantook : le filigrane et la DRM (verrou numérique).

Filigrane
Le filigrane (watermark) est une forme de protection qui peut s’appliquer tant aux formats PDF que EPUB. Il s’agit d’un court texte qui s’affiche sur la page couverture du livre numérique et qui contient généralement un numéro de licence, la date de l’achat et le nom de l’acheteur. Il demeure visible en permanence par toutes les personnes qui consultent le titre.

Ce mode de protection n’empêche pas l’utilisation du document par une personne autre que son propriétaire. Les éditeurs qui en font le choix misent sur la bonne foi des lecteurs et sur un partage responsable des livres achetés : il s’agit ainsi d’une forme de dissuasion contre le piratage basée sur le sens éthique des consommateurs. Grâce aux informations de licence du filigrane, qui se trouvent également dans certaines parties invisibles au client pour en empêcher le retrait, il est possible de retracer l’origine d’un livre qui aurait été illégalement partagé.

Le filigrane est un mode de protection plus simple d’utilisation pour les lecteurs que la DRM puisqu’il est supporté par toutes les applications de lecture de livres numériques et ne nécessite pas l’installation d’un logiciel compatible sur leur appareil. Il est en outre gratuit pour l’éditeur.

Filigrane sur une couverture PDF

Capture d’écran 2014-10-31 à 11.59.33

Filigrane sur une couverture EPUB

Capture d’écran 2014-10-30 à 11.31.07

 

DRM
La DRM (Digital Rights Management), ou verrou numérique, est une clé protégeant les livres de leur utilisation non autorisée par un cryptage numérique de tous les éléments d’un fichier PDF ou EPUB, incluant le contenu audio et vidéo. L’application d’une DRM est facturée à l’éditeur pour chaque titre vendu et demande une configuration de la part de l’acheteur sur son appareil de lecture avant l’ouverture des livres.

La DRM la plus souvent appliquée aux formats PDF et EPUB est la licence ACS4 gérée par Adobe Content Server (la version ACS6 est également disponible depuis peu). Pour pouvoir consulter un livre protégé par DRM ACS4, le lecteur doit avoir un compte Adobe avec un identifiant personnel et télécharger les applications de lecture gratuites Adobe Digital Editions ou BlueFire Reader, selon l’appareil utilisé. La licence est ainsi accordée au compte de l’usager, et non à l’appareil, pour l’ouverture du fichier. Une limite de six appareils autorisés avec un même identifiant Adobe pour l’ouverture des documents est imposée. Il existe également des formes de DRM propriétaires à certains revendeurs, comme pour les livres vendus par Apple, Amazon et Google, et qui ne sont compatibles qu’avec leur application de lecture respective.

L’utilisation de la DRM demeure un sujet controversé chez les acteurs de l’édition car, pour plusieurs, elle constitue un frein à la distribution et à la vente des livres numériques d’abord en raison de son caractère arbitraire, mais aussi parce qu’elle complexifie l’utilisation des livres, rendant même certaines liseuses incompatibles avec les fichiers. Elle demeure également une solution coûteuse pour les éditeurs. La DRM est toutefois nécessaire aux titres offerts au prêt numérique en bibliothèque. En effet, le verrou chronodégradable permet l’attribution d’une licence temporaire à un nombre restreint d’utilisateurs pour une copie donnée. Au delà de la durée prescrite, la licence s’auto-détruit et le titre devient à nouveau disponible pour un nouvel utilisateur. C’est également la DRM qui permet de gérer le retour des livres avant la date d’échéance du prêt via l’application de lecture utilisée.

LCP
De concert avec avec la Fondation Readium, De Marque participe présentement au développement d’une nouvelle technologie de DRM appelée LCP (Lightweight Content Protection). Ce projet a pour but de rendre l’utilisation du verrou numérique plus aisée pour l’utilisateur, notamment en évitant les dépendances à une compagnie tierce.


Laissez un commentaire