Les éditeurs de poésie et le virage numérique

Saviez-vous qu’il se publie plus de 300 livres de poésie par année au Québec?

Chaque année, des milliers de titres sont offerts à la population, et les recueils de poésie représentent environ 9 % de l’offre littéraire totale du marché du livre québécois. Celle-ci est d’environ 3 516 titres dans la catégorie « Littérature », 325 étant des oeuvres poétiques.

Si nous n’avons pas accès aux données de vente du genre poétique, nous savons toutefois qu’un bestseller de poésie, au Québec, est un titre qui se vend approximativement à une centaine d’exemplaires (comparativement à 1 000 ou 2 000 pour un roman), et que la poésie incarne un créneau relativement étroit dans l’écosystème du livre.

La marchandisation

Avec des statistiques comme celles-ci, il est facile de comprendre que les éditeurs de poésie puissent se montrer réticents à opter pour le virage numérique. Le lectorat d’oeuvres poétiques est restreint (ce qui, bien sûr, n’enlève rien à la qualité des oeuvres proposées sur le marché!); la poésie, d’un point de vue purement économique, ne génère pas des revenus aussi importants que l’on pourrait souhaiter, et ce, autant pour ses éditeurs que pour ses créateurs.

Pour les éditeurs de poésie voulant distribuer leurs titres en version numérique, deux éléments évidents sont donc à considérer : la conversion de leurs fichiers et les divers appareils de lecture qui les supporteront.

Déjà dans un contexte économique précaire, la maison d’édition peut être réfractaire à débourser pour effectuer la conversion de ses fichiers en formats numériques (PDF ou ePub). Autant l’édition papier demande un savoir-faire particulier que l’édition numérique.

Rappellons-nous que la poésie est un art de la représentation : la mise en forme du texte sur la page, la disposition des mots et des marges, est une donnée cruciale à considérer lors de vos conversions. La poésie se rapproche ainsi de la problématique de mise en page du manga, de la bande dessinée et des livres illustrés pour enfants.

La conversion de vos fichiers devrait donc être confiée à des professionnels du milieu qui sauront effectuer tous les tests nécessaires afin que ceux-ci soient compatibles avec les différents appareils de lecture offerts sur le marché.

Un soutien offert par la SODEC

Éditeurs d’oeuvres poétiques, sachez que la SODEC offre un programme d’aide aux entreprises du livre et de l’édition spécialisée, et plus particulièrement une « Aide à la numérisation », pour la conversion de fichiers en versions numériques (Volet 8 – en vigueur depuis le 7 juillet 2011).
 
Bref, le Poète n’a certainement pas encore dit son dernier mot…. numérique!


2 Réponses


Laissez un commentaire