L’opération du 12 août : un événement Facebook pour acheter des livres québécois

L’industrie du livre cherche constamment de nouvelles façons de se dynamiser. On voit ainsi émerger des initiatives diverses, dont une qui a retenue notre attention cette semaine.

Deux auteurs, deux Québécois, Patrice Cazeault et Amélie Dubé, ont lancé dans les derniers jours une idée, simple :

« […] la situation est précaire, que les éditeurs en arrachent et que les auteurs ne vendent plus. Facile, me confie mon amie, on n’a qu’à acheter plus de livres!  [Alors] le 12 août, je me déplace chez mon libraire préféré et j’achète un livre québécois. Si je ne trouve pas celui que je veux? Je le commande. S’ils ne peuvent pas me le commander? Je fais une crise. Ou je l’achète en numérique, tiens. »

Tellement simple, que certains ont réagit sur les réseaux sociaux en mentionnant que c’était simpliste… et que cela ne servirait qu’à donner bonne conscience à quelques personnes… en rappelant que l’enjeu réel est davantage complexe et requiert une approche plus systémique, des formulations du genre :  « C’est tous les jours qu’il faut travailler pour l’édition québécoise, faire parler des livres, etc., pas juste une fois par année. »

C’est sans doute vrai, mais ne faudrait-il pas saisir l’opportunité qui se présente et faire du pouce sur toutes les bonnes idées? Et en particulier sur celles qui ont (peut-être) le potentiel de faire parler d’elles grâce à l’effet d’amplification des réseaux sociaux. Car déjà 3200 personnes (matinée du 31 juillet) ont affirmé sur la page Facebook de l’événement qu’elles allaient participer : ce n’est pas rien.

Alors certes, l’idée peut sans doute être améliorée; cependant, ne mérite-t-elle pas d’être encouragée? Par ailleurs, nous espérons que cette opportunité pourra faire une place accrue au livre numérique dans tout cela — afin de permettre à des gens de découvrir la facilité d’achats et de lectures des oeuvres d’auteurs québécois à partir de son téléphone intelligent ou d’une tablette!

Dans cette perspective, pour que nous puissions en discuter et améliorer encore l’idée — lui donner encore plus de portée, et en prolonger l’effet dans le temps, un document a été ouvert pour faire un remue-méninges collectif sur le sujet.

Le document est ici : http://bit.ly/operation12aout

Nous sommes le 31 juillet : qui sait de quoi sera fait le 12 août?


Une réponse


Laissez un commentaire